Pour la faire court : 

Rachel prend tous les jours le même trajet en train et à la même place. Elle passe donc à chaque fois devant plusieurs maisons dont personne ne prête attention. Mais elle affectionne particulièrement l’une d’entre elles. De la fenêtre du train, elle observe donc ce couple qui la passionne tant, et s’imagine leur façon de vivre. Elle s’invente tout une histoire à propos de ces deux personnes qu’elle surnomme Jason et Jess. Pour le moment tout va pour le mieux…. sauf qu’un matin elle aperçoit Jess avec un autre homme. Puis quelques jours plus tard, elle va apprendre, dans les journaux, que la mystérieuse femme qu’elle observe sans cesse, a disparu. Elle va donc se prendre pour une détective, et va creuser l’affaire d’elle même.

Extrait:

Première ligne: « Une pile de vêtements repose au bord de la voie ferrée. Un tissu bleu clair – une chemise, j’imagine – entortillé dans quelque chose d’un blanc sale. »

Au hasard: « Je suis dans le train de 8h04, mais ce n’est pas à Londres que je vais. C’est à Witney. J’espère qu’être là-bas, suffira à me rafraîchir la mémoire, qu’en arrivant dans la gare je verrai tout plus clairement, que je saurai.

Mon avis:

C’est le premier roman de Paula Hawkins, une jeune journaliste de Londres. Et pour un premier je ne peux dire que : Bien! C’est un bouquin qui c’est très bien vendu, et qui a reçu de très bonne critique, notamment (comme il est inscrit sur le livre) de la part du grand Stephen King : « Un suspense formidable qui m’a tenu éveillé jusqu’au bout de la nuit » et de la romancière américaine Laura Kasischke : « Préparez-vous à être ensorcelé, à devenir obsessionnel. La fille du train est le genre de livre que vous allez conseiller à tous ceux que vous connaissez pour avoir le plaisir de cette obsession. »

Néanmoins, je ne lui mettrai pas tout les points, parce que, pour ma part, je l’ai trouvé long à démarrer. Mais ça reste quand même un bon livre. Les 120 dernières pages ( sur 378) je les ai dévoré ! A la fin; on découvre un revirement de situation comme je les aime ! Avec un meurtrier auquel je n’avais pas du tout pensé ! Mais l’auteur nous amène au delà de l’enquête, en nous plongeant dans des situations sombres comme: l’alcoolisme de Rachel, son chômage, ses problèmes financiers, sa stérilité, sa dépression et ses traumatismes. Elle nous fait voir le côté noir des gens en mettant en avant la manipulation, le mensonge, la perversité, la violence…

Voilà donc la note que je donne à ce premier polar de  Paula Hawkins:

3coeursetdemi

train-window-view

Quand le lire :

Dans le train justement, ou dans les transports en commun ! On fera peut-être plus attention au paysage et aux maisons se trouvant sur notre trajet ! En prenant le train avec ce livre, peut-être que vous aussi vous inventerez des vies aux personnes que vous verrez sur votre route.

D’autres avis  : 

The Independant: « Un roman noir suburbain moderne et intelligemment construit. »

Metro: « Un livre addictif, on ne peut pas s’empêcher de tourner les pages. »

L’express: « Un livre pour frissonner cet été. »

RTL: « Un livre profondément humain. »

France loisirs:  « Paula Hawkins s’est inspirée de son quotidien pour tisser la trame de son roman. Habituée à faire le même trajet en train matin et soir, elle imagine un suspense digne d’Alfred Hitchcock et de Fenêtre sur cour… Spielberg en a déjà acquis les droits pour le cinéma. Un roman bien écrit, paranoïaque et addictif. »

La critique du 20 Minutes

Publicités