Pour la faire court: 

« Les Suprêmes » est un groupe de trois femmes afro-américaines. Odette : Personnage à fort cacractère, qui voit et parle avec des fantômes. Atteinte d’un cancer, elle va essayer de se soigner à la marijuana, qui d’après les dires de sa mère décédée (qui lui rend visite régulièrement), est un remède miracle. Ensuite, il y a Clarice, une femme qui doit subir les travers de son mari coureur de jupon. Et pour finir nous avons: Barbara. Personnage à la tenue et à l’allure très affriolante, qui a connu la mort de son fils, plusieurs années auparavant, et par la suite celle de son mari. Ces trois copines vont s’aider à surmonter les diffucutés de la vie de chacune : Pour Odette, le combat contre son cancer, pour Clarice, la rupture avec son mari infidèle et pour Barbara, la perte de son fils et de son mari. Tout cela dans un contexte raciale encore délicat aux Etats-Unis.

Extrait:

Première ligne: « Je me reveille en nage ce matin-là. J’avais dormi profondément, ma chemise de nuit me collait à la peau, le visage me picotait. Troisième fois cette semaine. 4h45 luisait au réveil, posé sur la coiffeuse à l’autre bout de la chambre. »

Au hasard: « Après la mort de Lester, Clarice et Odette s’installèrent chez Barbara Jean. Depuis la fin du mois Juillet jusqu’à la mi-août, elles s’assurèrent jour après jour qu’elle s’habille et avale quelque chose. Au début, elles passaient même la nuit  étendues à côté d’elle, dans son lit. »

Mon avis: 

J’ai adoré ce bouquin ! Il me fait penser un peu à « La couleur des sentiments » de Kathryn Stockett (que j’ai également adoré autant en livre qu’en film.),  dans le sens où se sont des personnes noires vivant aux Etats-unis, subissant le contexte racial de cette époque. Ce livre est très bien écrit et, même si il contient 414 pages, on se régale du début à la fin ! Les personnages sont attachants. On peut facilement s’imaginer la difficultée qu’ont chacunes d’entre elles a sûrmonté leurs problèmes du quotidien car ce sont des soucis relativement fréquent (la mort d’un être proche, la maladie, l’infidélité.).Au délà d’une histoire de camaraderie, on trouve des sujets beaucoup plus sérieux et complexe comme le racisme, la violence, l’alcoolisme, la maladie, la mort. Un vrai coup de coeur !

5coeurs

teenie-harris-three-men-and-three-women-seated-as-couples-in-banquette-in-bar-or-restaurant-advertising-web

Quand le lire: 

Dans un parc allongé dans l’herbe ou assis sur un banc.

D’autres avis: 

ON LA LU : « L’auteur dresse là les portraits attachants de 3 femmes devenues des ménagères de +de 50 ans qui n’ont rien perdu de leur allant et de leur envie de vivre. Il parait qu’il travaille à une suite…je suis impatiente de la lire ! »

Un jour un Livre : « Les Suprêmes d’Edward Kelsey Moore est un roman touchant, mettant en scène des personnages auxquels on ne peut s’empêcher de s’attacher. »

TESS MAG: « Dans un premier roman poignant et divertissant, “Les Suprêmes”, Edward Kelsey Moore tisse avec humour et bonté une histoire de l’Amérique noire.  La meilleure nouvelle du printemps. »

Plume de Cajou : « J’ai aimé cette histoire, mais surtout, j’ai vraiment adoré tous ces personnages, avec leurs qualités et leurs défauts. »

Publicités