Recherche

Potins sur les Bouquins

Catégorie

Mes Articles

L’affaire Cendrillon – Mary Higgins Clark

Pour la faire court: 

Susan Dempsey, étudiante à l’UCLA à Hollywood Hills, est retrouvée morte un soir dans un parc, près de la maison d’un célèbre producteur, qui d’ailleurs lui avait donner rendez-vous pour un casting le soir même. L’affaire est appelée : Affaire Cendrillon, car elle est retrouvée étrangement chausser d’un seul escarpin. 20 ans plus tard, le meurtre n’est toujours pas élucidé et Mme Dempsey ne sait toujours pas qui a tué sa fille. Laurie Moran, une reporter, va décider de mener l’enquête dans une émission télévisée : Suspicion. Elle va réunir tous les suspects de l’affaire. Mais l’émission va provoquer d’étranges réactions chez certaines personnes. Certains suspects vont sortir du lot, d’autres vont essayer de faire capoter l’émission, et d’autres encore vont garder leurs secrets. Mais le coupable n’est pas forcément celui que l’on croit…

Extrait: 

Première ligne: « Il était deux heures du matin. Pile à l’heure, pensa Rosemary Dempsey avec regret en ouvrant les yeux. Elle s’agita dans son lit. Chaque fois qu’elle devait affronter une journée, importante, elle se réveillait inévitablement au milieu de la nuit avec le pressentiment que quelque chose allait mal tourner. »

Au hasard: « Tous les éléments de l’Affaire Cendrillon étaient en place et elle ne pouvait s’empêcher de penser à la remarque de son père la prévenant qu’elle allait se trouver en compagnie d’un assassin. Un frisson la traversa. La culpabilité de la mère active était le moindre de ses soucis. »

Lire la suite

Les Suprêmes – Edward Kelsey Moore

Pour la faire court: 

« Les Suprêmes » est un groupe de trois femmes afro-américaines. Odette : Personnage à fort cacractère, qui voit et parle avec des fantômes. Atteinte d’un cancer, elle va essayer de se soigner à la marijuana, qui d’après les dires de sa mère décédée (qui lui rend visite régulièrement), est un remède miracle. Ensuite, il y a Clarice, une femme qui doit subir les travers de son mari coureur de jupon. Et pour finir nous avons: Barbara. Personnage à la tenue et à l’allure très affriolante, qui a connu la mort de son fils, plusieurs années auparavant, et par la suite celle de son mari. Ces trois copines vont s’aider à surmonter les diffucutés de la vie de chacune : Pour Odette, le combat contre son cancer, pour Clarice, la rupture avec son mari infidèle et pour Barbara, la perte de son fils et de son mari. Tout cela dans un contexte raciale encore délicat aux Etats-Unis.

Extrait:

Première ligne: « Je me reveille en nage ce matin-là. J’avais dormi profondément, ma chemise de nuit me collait à la peau, le visage me picotait. Troisième fois cette semaine. 4h45 luisait au réveil, posé sur la coiffeuse à l’autre bout de la chambre. »

Au hasard: « Après la mort de Lester, Clarice et Odette s’installèrent chez Barbara Jean. Depuis la fin du mois Juillet jusqu’à la mi-août, elles s’assurèrent jour après jour qu’elle s’habille et avale quelque chose. Au début, elles passaient même la nuit  étendues à côté d’elle, dans son lit. »

Lire la suite

Le jour où j’ai appris à vivre – Laurent Gounelle

Pour la faire court : 

Jonathan est un père de famille divorcé, travaillant dans les assurances avec son ex-femme et un ami. Un jour, en se baladant sur les quais de San Francisco, il va croiser une bohémienne. Elle va lui lire un avenir terrible. Au début, il va prendre ça plutôt à la rigolade mais par la suite il va commencer à vraiment y croire. A partir de ce moment, sa vie va être bousculée. Il va vouloir s’évader et va partir chez sa tante Margie. En rentrant, il va décider de redonner un sens à sa vie et va tout remettre à sa place. Jonathan va faire le bien autour de lui, va mettre au clair ses sentiments, et va se concentrer sur ce qu’il estime avoir besoin pour vivre une vie digne de ce nom.

Extrait: 

Première ligne: « Prendre le mal à la racine. Depuis la fenêtre de la salle de bain, à l’étage de la minuscule maison rose qu’il louait depuis bientôt trois mois dans une jolie ruelle de San Francisco, Jonathan observait, tout en se rasant d’un geste machinal, l’avancée inexorable du trèfle dans le gazon. »

Au hasard: « L’expérience amena chacun à sourire, un sourire un peu gêné au début, puis un sourire plus naturel ensuite. C’est inhabituel de regarder vraiment quelqu’un. La plupart du temps, Jonathan ne regardait pas les gens dans les yeux, ou alors rapidement, et, en fin de compte, il les regardait sans les voir, balayant l’espace du regard en pensant à autre chose ou se focalisant sur sa conversation. »

Lire la suite

La fille du train – Paula Hawkins

Pour la faire court : 

Rachel prend tous les jours le même trajet en train et à la même place. Elle passe donc à chaque fois devant plusieurs maisons dont personne ne prête attention. Mais elle affectionne particulièrement l’une d’entre elles. De la fenêtre du train, elle observe donc ce couple qui la passionne tant, et s’imagine leur façon de vivre. Elle s’invente tout une histoire à propos de ces deux personnes qu’elle surnomme Jason et Jess. Pour le moment tout va pour le mieux…. sauf qu’un matin elle aperçoit Jess avec un autre homme. Puis quelques jours plus tard, elle va apprendre, dans les journaux, que la mystérieuse femme qu’elle observe sans cesse, a disparu. Elle va donc se prendre pour une détective, et va creuser l’affaire d’elle même.

Extrait:

Première ligne: « Une pile de vêtements repose au bord de la voie ferrée. Un tissu bleu clair – une chemise, j’imagine – entortillé dans quelque chose d’un blanc sale. »

Au hasard: « Je suis dans le train de 8h04, mais ce n’est pas à Londres que je vais. C’est à Witney. J’espère qu’être là-bas, suffira à me rafraîchir la mémoire, qu’en arrivant dans la gare je verrai tout plus clairement, que je saurai. Lire la suite

Des vies en mieux – Anna Gavalda.

Pour la faire court: 

Des vies en mieux rassemble trois histoires, qui se confrontent toutes les trois à l’amour.

Dans un premier temps on a BILLIE:

Billie est une petite fille de 13 ans, qui n’a connu que les coups et la misère. Un jour à l’école, elle découvre « on ne badine pas avec l’amour » d’Alfred Musset. L’institutrice désigne pour les deux rôles principaux: Billie et Franck. Et c’est là, que tout va commencer! Une histoire d’amour, enfin d’amitié, mais tellement forte que l’on peut la considérer tout comme . Plus vieux, ils vont se retrouver un soir, au fond d’un trou, coincés et blessés, seuls au milieu de la montagne. Et c’est là que, Billie demande de l’aide aux étoiles, tout en racontant sa vie et comment ils en étaient arrivés là tous les deux.

167144__mountain-hill-rock-rock-top-peak-night-snow-stars-flashing-til-shift_p

Dans la seconde histoire on a MATHILDE: Lire la suite

Mémé dans les orties – Aurélie Valognes.

Pour  la faire court  :

Ferdinand est un vieux monsieur solitaire de 83 ans. Enfin solitaire …. pas tout à fait, vu qu’il vit avec sa chienne adorée Daisy. Ses voisines aux cheveux colorés, vivaient paisiblement dans leur petit immeuble donnant sur une courette bien tranquille …. bien tranquille: oui, mais avant l’arrivée de Ferdinand ! De belles rencontres l’attendent , comme celle d’une petite fille et d’une mamie moderne qui risquent de changer bien des choses !

Extrait: 

Première ligne:  » Avachi sur sa valise, Ferdinand Brun, quatre-vingt-trois ans, contemple, impuissant, son appartement, qu’il quitte pour toujours. »

Au hasard :  » Il faut une première à tout dans la vie, mais passer plus de douze heures dans une cellule froide, humide et exiguë n’était pas dans la liste des choses que Ferdinand souhaitait faire avant de mourir. »

Mon avis :

Lire la suite

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑